“J’ai immédiatement accepté, car l’alternance permet de bénéficier d’une formation théorique, d’une expérience professionnelle, et de percevoir un salaire“

Julien Seguin, BTS Assurance
publié le 12 mai 2014
Atteint d’une maladie congénitale aux yeux, Julien Seguin a mis du temps à accepter son handicap et par conséquent à trouver un emploi, correspondant à ses attentes. Mais depuis qu’il a répondu à une offre de formation pour effectuer un BTS Assurance en alternance, à 34 ans, Julien semble enfin avoir trouvé sa voie professionnelle. Témoignage. 

Pouvez-vous nous parler de votre parcours ?

Je suis atteint d’une maladie congénitale aux yeux. J’ai notamment des difficultés à distinguer les couleurs et je suis très sensible à la lumière. Après avoir passé mon Bac, j’ai entamé une première année de fac, mais j’ai finalement abandonné pour entrée dans la vie active. A cette époque, j’étais dans le dénie de mon handicap et je n’osais pas vraiment postuler sur des emplois qui m’intéressait. J’ai commencé à travailler en tant que vendeur pour la société Go sport.
 
En 2007, j’ai été embauché chez Life Parteners Europe, une entreprise qui vend notamment des prothèses médicales. Je ne pensais pas que l’entreprise allait me garder car le poste exigeait de travailler devant un ordinateur. Mais finalement, ils m’ont mis en relation avec la médecine du travail et j’ai pu ainsi obtenir la reconnaissance du statut de travailleurs handicapé. Cela m'a permis notamment de bénéficier d’un logiciel adapté à mon handicap (Zoom texte), et de pouvoir travailler devant un ordinateur. Ce fut pour moi une vraie révélation.
 
Vous êtes actuellement en BTS assurance, pourquoi avez-vous choisi une formation alternance ?

En 2012, j’ai déposé mon CV sur le site de l’Agefiph et quelques temps après le cabinet de recrutement Ethik Management m’a contacté pour me proposer d’effectuer un BTS assurance en alternance, au sein de l’ESA (Ecole Supérieure d’Assurances). J’ai immédiatement accepté car l’alternance permet de bénéficier d’une formation théorique, d’une expérience professionnelle et de percevoir un salaire.
 
Pouvez-vous nous décrire les différentes étapes de votre entrée en formation ?

Nous étions plusieurs candidats sélectionnés et nous avons effectué des tests pendant une journée. Par la suite, j’ai passé trois entretiens, un premier avec le cabinet de recrutement Ehtik Management, un second avec l’école et le dernier avec la compagnie d’assurance. J’avais la possibilité de rencontrer plusieurs entreprises,  mais étant donné que mon premier entretien avec la société Allianz s’est bien passé, j’ai choisi d’y effectuer mon BTS. Ensuite, j’ai intégré une formation de remise à niveau, pendant un mois.
 
Bénéficiez-vous d’un aménagement particulier ?
 
Je n’ai pas vraiment d’aménagement à l'école, mes professeurs ont simplement agrandi les textes des cours. Du côté de l’entreprise, j’utilise de nouveau le logiciel zoom texte, je dispose d’une loupe et d’un micro pour téléphoner. Sinon, des aménagements sont prévus pour les examens, dont une salle plus petite et une heure et vingt minutes supplémentaires pour chaque épreuve.
 
Quelles sont les difficultés d’une formation en alternance ?
 
J’ai 34 ans, j’ai ressentie un léger décalage avec les autres étudiants plus jeunes que moi et c’est toujours difficile de reprendre des études. Mais le plus stressant est de conjuguer travail personnel et professionnel. C’est un rythme assez soutenu.
 
Quels sont vos projets à l’issue de cette formation ?

Si des postes se libèrent au sein d’Allianz, je postulerai. En attendant, je commence à envoyer des CV à différentes compagnies d’assurances, mais j’ai également la possibilité de continuer mes études et d’effectuer une licence en alternance.