“Le Groupe BPCE développe l’alternance pour favoriser l’intégration et la qualification des salariés en situation de handicap“

Maryse Vépierre, Responsable RSE DRH
publié le 07 mars 2013
2ème  acteur bancaire en France, le Groupe BPCE avec ses deux réseaux que sont les Banques Populaires et les Caisses d’Epargne, développe une offre complète de services bancaires, financiers pour toutes les clientèles. Le groupe BPCE a mis en place deux accords de branche en faveur des personnes en situation de handicap, l’un pour les Caisses d’Épargne, l’autre pour les Banques Populaires.

Pouvez-vous nous parler de la politique Handicap du groupe BPCE ?

Notre engagement en faveur des personnes en situation de handicap et, plus généralement  en faveur de la diversité, est présent depuis plusieurs années au sein du Groupe BPCE. Nous avons, notamment, signé deux accords de branche, l’un concerne les  Banques Populaires et l’autre les  Caisses d’Epargne . Ces accords se traduisent par une richesse d’actions et un engagement très fort de toutes les entreprises  sur les principaux leviers suivants :
  • Le recrutement,
  • L’accueil et l’intégration
  • Le maintien dans l’emploi,
  • Le recours au secteur protégé et adapté,
Ces actions, impulsées par le département RSE de la DRH Groupe, sont portées – et, je dois dire, enrichies en permanence - par un réseau de référents Handicap, présents dans chacune de nos Banques ou Caisses et dont la mission est de coordonner et animer localement la mise en œuvre de la  Politique Handicap.
 
Comment faites-vous pour maintenir l’emploi des travailleurs handicapés ?

Nous travaillons, évidemment, en permanence à l’accessibilité de nos locaux et de nos outils, avec les filières métiers concernées, mais nous avons aussi mis en place des dispositifs spécifiques comme les  cellules spécialisées de maintien en emploi.  Au sein des entreprises du groupe, ces cellules pluridisciplinaires réunissent ainsi le médecin du travail, l’assistante sociale, le référent handicap afin d’étudier les types d’aménagement (horaires, postes de travail...) qui peuvent être nécessaires pour un collaborateur. Notre objectif est de suivre les travailleurs handicapés tout au long de leur carrière professionnelle. Concrètement,  200 personnes sont aujourd’hui formées au maintien en emploi et nous avons mis en place plus de 1000 mesures (matériels, reclassements, aides à la personne, etc.) en 2011.

Quels types d’actions mettez-vous en place pour sensibiliser les salariés au handicap ?

Tous nos référents handicap sont spécifiquement formés au handicap, tout comme les managers (pour lesquels  nous mettons à disposition des formations sous forme de  e-Learning) et bien sûr, les équipes RH. Par ailleurs, lors de la semaine pour l’emploi des personnes en situation de handicap, nous proposons des animations afin de sensibiliser l’ensemble des collaborateurs sous la forme de quizz et de mises en situation. Le thème a été, cette année, la déficience visuelle.
 
Dans le cadre de notre politique d’achats responsables, nous organisons chaque année, le colloque PHARE qui permet de réunir 200 collaborateurs du groupe (responsable d’achats et référents handicap), des entreprises adaptées (EA) et des établissements et services d’aide par le travail (ESAT). Cet évènement est  pour nous l’occasion d’organiser des ateliers et des conférences et ainsi de partager les bonnes pratiques. Il permet également de développer des partenariats avec  le secteur adapté et protégé  (SAP) Nous sommes  particulièrement  attentifs à l’impact de ces partenariats en termes de développement  de compétences pour le SAP et à leur caractère pérenne.  A titre d’exemple, une  Banque  confie la fabrication de son mobilier d’agence au SAP.

Quels types de postes proposez-vous ? Avez-vous des difficultés à recruter ?

Classiquement, nous recrutons majoritairement des profils commerciaux de niveau Bac+2. Or, la plupart des personnes en situation de handicap possèdent plutôt un profil administratif et un niveau de formation inférieur au bac. Pour que cela ne constitue pas un obstacle au recrutement, nous  proposons des formations professionnelles pour les personnes de  niveau Bac ou inférieur au bac.

La formation en alternance est donc de  plus en plus présente au sein du groupe BPCE. Cela permet aux travailleurs handicapés de développer leur niveau de qualification mais aussi de bénéficier  d’un temps d’adaptation plus long qui facilite leur intégration. Nous proposons par exemple des contrats de professionalisation de 12 à 24 mois en collaboration avec le Greta , HandiFormaBanques,  mais aussi  avec d’autres CFA ( BTS force de vente, … ).

Combien de personnes en situation de handicap recrutez-vous en moyenne chaque année?

Notre objectif est de recruter en moyenne (tout réseau confondu) 130 personnes par an, quel que soit le  type de contrat.  Pour cela nous avons évidemment besoin de rencontrer des candidats et c‘est pour cela que nous participons à un grand nombre de forum . Nous invitons également les personnes concernées  à postuler directement sur notre site en répondant à une offre d’emploi https://recrutement.bpce.fr/
 
 
propos recueillis par Olivier Angelini